La page de Philippe de Lachèze-Murel

LE SITE DU DCcn  [ Diaporama Créatif court et numérique]

 

 

 

 

 


   
La page de Philippe de Lachèze-Murel
 

     

Me contacter

Mes Diaporamas Créatifs confiés au Site :

" Le dernier voyage " ( 1995 )
" Léa " ( 2000 )
" Impression de voyage " ( 2001 )
" Opinéris " ( 2002 )
" Laviva " ( 2003 )
" Le pont du 15 août " ( 2004 )
" La nuit douce " ( 2004 )
" Yvette " ( 2005 )
" Regrets éternels " ( 2005 )
" Le tonton curé " ( 2005 )
" Bleu, le ciel est " ( 2006 )
" Derrière la barrière " ( 2007 )
" Le choix de Felipe " ( 2011 )
" Très cher papa " ( 2012 )

Je suis né à l’âge de 14 ans. Je veux dire que j’ai découvert la photographie à cet âge grâce à un voisin.

Mes parents n’ayant aucune aptitude à l’art en général. Mon premier appareil photo 24 x 36, est acheté en vidant mon livret de caisse d’épargne.


Toujours grâce à ce même voisin, je m’inscris au club photo cinéma de ma ville, « Les Amis de la Couleur ». Plus de 40 ans après j’y suis fidèle avec 25 ans de présidence

 

Je réalise mon premier diaporama «  le mal français » avec un seul projecteur. Il a un certain succès au sein du club, « seulement ».
Ma femme Cécile a pour meilleure amie Christine Guéry épouse de Jean-Michel, fils d’Hubert.
Deux diaporamistes de renom au sein de la Fédération Photographique de France.

Sous l’impulsion de Jean-Michel, je fais adhérer mon club columérien, dont entre temps j’étais devenu président, à la Fédération Photographique de France.

Je découvrais enfin le vrai diaporama et commençait mon apprentissage

La première réalisation que je présente en concours est bourrée de défauts. Puis un premier, « De la part de Rudy et James » rencontre un petit succès mais je progresse lentement dans tous les domaines, photo, et réalisation.

 

Avec « Léa » j’atteins une certaine maturité « diaporamique » mais pas encore totalement technique. Ce n’est que depuis quatre ou cinq ans que j’estime être sûr de moi dans ce domaine et c’est là le paradoxe.

En effet maintenant ma production n’a plus la qualité artistique que je recherche.

Je crois avoir toujours cherché l’originalité et la maitrise totale du sujet.
A part « Opinéris » (inspiré d’un texte de Philippe Delerm) et « Derrière la barrière » j’ai toujours imaginé, écrit, photographié et réalisé seul mes œuvres.

Il n’y a que les musiques que j’emprunte aux professionnels.
Pour deux diaporamas j’ai utilisé des musiques originales de mon fils Julien, « La nuit douce » et « Bleu le ciel est », du 100% familiale.
« Derrière la barrière » fut mon dernier diaporama important.

Depuis c’est le trou noir, non pas que je ne réalise plus, au contraire, mais l’intérêt et l’originalité ont disparu. Je pourrais utiliser les textes d’écrivain ou faire du documentaire mais ne ce n’est pas mon style. Alors j’attends patiemment que cela revienne.

J’ai gouté il y a quelques 30 ans aux joies du cinéma avec une Pathé Webo double super 8. Mais j’avais abandonné au profit de l’image fixe, la qualité de projection et de son étant bien meilleure en diaporama.

 

Avec la démocratisation de la vidéo Haute Définition tout a changé.
Et j’ai fait récemment mon retour vers mes premières amours.

Mes connaissances de réalisateur audio visuel me sont fort utiles,
J’ai besoin de m’exprimer et la photo n’est pas assez expressive.

Le diaporama, le cinéma me permettent d’aller plus loin. Depuis quelques temps, comme beaucoup je me suis mis aux livres photos. Là également on peut plus traduire ses sentiments que sur une seule image, la plus belle soit-elle.

 

 

Il faut du temps
pour apprendre ...

 

... et de la persévérance pour rester un bon diaporamiste.
Je ne sais pas quel sera mon avenir dans l’image en général,
mais je resterai toujours fidèle à ce qui m’a tant apporté: LE DIAPORAMA !