La page de Corentin Le Gall

LE SITE DU DCcn  [ Diaporama Créatif court et numérique]

 

 

 

 

 


   
La page de Corentin Le Gall
 

     

Me contacter

Mes Diaporamas Créatifs confiés au Site :

" Camel race " ( 1992 )
" Le temps qui m'était imparti est écoulé " ( 1998 )
" Toulous'âneries " ( 2003 )
" L'Archipel de la Mer Blanche " ( 2004 )
" Instants d'année " ( 2004 )
" Le mythe du Far West " ( 2006 )
" Pour solde de tout compte " ( 2007 )
" Route 66 " ( 2008 )
" Sur la route " ( 2010 )
" Le train et le Baïkal " ( 2011 )
" Choyr, la cité fantôme " ( 2013 )

Le diaporama est un moyen d’expression
Au commencement il y a un écran noir et le silence
L’art du réalisateur de diaporamas est de capter l’attention du spectateur en lui
racontant une histoire avec des images, des sons et un montage judicieux

On le voit, notre démarche est proche de la réalisation cinématographique

Pour ma part, j’ai découvert le diaporama en 1975.

J’ai commis ma première réalisation en 1977, le récit d’une traversée du Sahara en 4L.

Suivront jusqu’à ce jour une trentaine de titres parmi lesquels des reportages qui me tiennent à cœur : « Camel race », réalisé pendant mon expatriation au Moyen Orient (1988-1992) pour une entreprise française, et plus près de nous « L’Archipel de la Mer Blanche », ou encore « Route 66 ».

Il en existe d’autres, notamment les chapitres « Russie » et « Mongolie » de « La Route au long cours » (une virée de 25 000 kms à moto), mais leur durée dépassant 12 minutes, leur visibilité est moindre dans le petit monde du diaporama.


Quelques images de mes diaporamas

 

 

 

 

 

Les diaporamas « Toulous’âneries », « Instants d’année » et « Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable », réalisés avec mes complices de club Daniel Devolder et Bernard Carayon demeureront de grands moments.

Ma motivation est de raconter une histoire.

L’écrit est ma matière première. Je pourrais à la limite me passer du son et des images, pas de l’écrit.

Aujourd’hui les techniques numériques ont bouleversé le diaporama


Je relève dans ce changement deux points positifs qui contribuent largement à son développement actuel :

  Le diaporama numérique est accessible au plus grand nombre pour un coût modique.
Reconnaissons-le, ce n’était pas le cas avec l’argentique.
  La diffusion des diaporamas numériques est très facile, et de ce fait leur confère une grande visibilité.
Pour preuve le site du DCcn.

En conclusion

Je suis persuadé que des passionnés continueront encore longtemps à
marier des images fixes et des sons
pour offrir au spectateur
un spectacle que nous appelons aujourd’hui diaporama

Je serai de ceux-là !